Son boulot chez Florida Security, c’est la dernière chance d’Owen O’connor.

Ancien toxico, il a enfin trouvé son équilibre au sein de l’agence Florida Security qui collabore étroitement avec une cellule gouvernementale très spéciale. Pourtant, lorsqu’une mission d’infiltration dans le milieu de la drogue leur est assignée, il n’hésite pas à se porter volontaire.

Pour prouver qu’il est digne de la confiance de ses collègues, Owen est prêt à tout … jusqu’à ce que sa route croise celle d’Ariana Giraldo, la compagne de Luis Mora le chef du cartel qu’ils doivent faire tomber. 

Quand il comprend que la belle Colombienne est retenue contre son gré, Owen n’a plus qu’une idée : la sauver et ça même au risque de compromettre l’opération.

Un cocktail de romance et de suspense par Olivia Rigal et Tamara Balliana, autrices de plusieurs best-sellers, et publiées en plusieurs langues. 

Prologue

Jimmy

Depuis l’îlot de la cuisine, je souris en portant mon café à mes lèvres. À quelques mètres, dans le miroir du salon, Tiffany se regarde pour la centième fois au moins depuis qu’elle s’est levée et grimace.

— Arrête de t’en faire, tu es parfaite, ils vont t’adorer.

Elle se tourne et me lance un regard exaspéré. Je ferais peut-être mieux de me taire, mais c’est plus fort que moi, elle est parfaite.

Ma femme.

Je n’arrive toujours pas à me rendre compte que nous sommes mariés. À ma décharge, ça ne fait que trois semaines, et les valises de notre voyage de noces traînent encore dans le couloir.

Je me lève, la rejoins et dépose un baiser dans son cou.

— Tu vas les éblouir, j’en suis certain.

Elle soupire.

— J’aimerais avoir la moitié de l’assurance que tu as sur le sujet. Je suis tellement nerveuse, j’ai vraiment envie de décrocher le rôle. Je n’en reviens toujours pas qu’Angel ait réussi à m’avoir cette audition. Une série aux côtés de Paul Johnson, et produite en Floride ? C’est mieux que tout ce que j’aurais pu imaginer.

Une part de moi espère aussi qu’elle obtiendra le rôle ; le tournage ayant lieu près de Miami, ça signifie qu’elle sera ici toute l’année, et j’en serai le premier ravi.

Je l’enlace, et elle se tourne pour me faire face.

— Et toi ? Pas trop nerveux pour ta reprise ?

— Pourquoi je serais nerveux ? Certes, je n’aurais pas été contre passer quelques jours de plus sur cette plage en tête-à-tête avec toi, mais tu sais que j’adore mon nouveau job.

Ces deux dernières années ont été pleines de surprises. Qui aurait pu prévoir qu’en partant en mission de sauvetage pour la petite sœur de mon meilleur ami, je rencontrerais l’amour de ma vie ? Et que cela me permettrait en prime de renouer avec Ted Carter, un vieux camarade de l’armée, propriétaire de sa propre agence de sécurité ? Je n’avais jamais trop pensé à ma reconversion après mon temps de service, j’imaginais que je rempilerais pour un ou deux tours encore, et qu’ensuite il me faudrait retrouver la vie civile. La proposition de Ted d’ouvrir une filiale de Riviera Security aux États-Unis est tombée à pic, et le faire à Point Lockout, près de la ville où a grandi Tiffany et où est installée sa famille, est un sacré avantage.

— Tu ne m’as pas dit que Ted voulait te voir ce matin ?

— Oui, je suppose que c’est pour faire le point avant de rentrer à Monaco. Je sais qu’officiellement il a passé les semaines depuis notre mariage ici aux États-Unis, en vacances, à faire le tour des parcs d’attractions d’Orlando avec Sasha et les enfants, mais tu le connais, il est… même quand il a l’air de ne pas s’en préoccuper, il est constamment connecté à son boulot. Alors, me sachant absent, il n’a pas pu s’empêcher de garder un œil sur Florida Security.

Je soupire avant d’ajouter :

— J’espère juste que je ne vais pas me faire remonter les bretelles.

Tiffany émet un petit rire, avant de déposer un baiser sur ma joue.

— Faut que je file, croise les doigts pour moi !

***

Quelques minutes plus tard, je gare mon SUV devant les locaux flambant neufs de Florida Security. Je passe la porte, retire mes lunettes de soleil et suis accueilli par la standardiste.

— Bonjour, monsieur Summers ! Vos vacances se sont bien déroulées ?

— Très bien, merci Jenna.

— Monsieur Carter vous attend à l’étage. 

Évidemment qu’il est déjà là, j’aurais pu me lever aux aurores, il aurait quand même réussi à arriver avant moi.

Je grimpe l’escalier de métal et de verre qui mène au premier étage, le rez-de-chaussée étant dévoué à la salle de contrôle, l’armurerie, et une salle de gym à la disposition des employés. Je n’ai pas besoin de déverrouiller l’accès de mon bureau, car Ted y est installé dans le coin salon que j’utilise pour recevoir les clients importants.

Il lève les yeux de son téléphone et s’amuse : 

— Tu as bonne mine.

— Je te dirais bien la même chose, mais la vérité c’est que tu as l’air crevé.

Je m’assois face à lui pendant qu’il m’explique : 

 — La petite ne fait pas encore ses nuits, et son frère a une énergie de dingue. J’ai hâte de rentrer et de reprendre le boulot pour me reposer un peu.

Je lâche un ricanement, et demande :

— Je pensais que vous seriez déjà sur le retour ?

— On part demain, je voulais te parler avant de retourner à Monaco.

— Quelque chose qui ne pouvait pas se faire par téléphone ?

— Tu as tout compris.

Cette fois-ci ma curiosité est piquée. Si Ted a pris le temps de venir ici, c’est qu’on ne va pas parler de la politique salariale de l’agence, ou du choix des tenues des agents de sécurité. Mais avant qu’il n’ait pu placer un mot, Jenna s’approche de la porte du bureau et indique à l’homme qui la suit :

— Voilà, c’est ici.

Je me lève pour accueillir le visiteur surprise, mais constate que je le connais. Ted, qui est plus proche de la porte, est déjà en train de lui serrer la main. Il se tourne ensuite vers moi et demande :

— Jimmy, tu te souviens de Garrett Smith, l’oncle de Mai Lan ?

— Bien entendu, réponds-je en m’avançant pour le saluer à mon tour.

Bien qu’étant l’oncle de notre collègue de Saint-Tropez, il n’a que quelques années de plus que moi. La bonne trentaine, tout au plus.

— Vous êtes celui qui est dans l’armée, c’est ça ? demandé-je tout en étant quasi certain de ne pas le confondre avec son frère. 

Il échange un regard avec Ted qui ferme la porte, mais ne confirme pas.

Je ne sais pas ce qui va se passer dans les prochaines minutes, mais quelque chose me dit que si Ted est ici ce matin, ce n’est pas pour vérifier en personne l’état de mon bronzage post lune de miel, mais bien pour parler business.

Pour parler business de façon sérieuse.

Les deux hommes s’installent et c’est Garrett qui prend la parole :

— Officiellement, je suis dans l’armée. La vérité, c’est que mon commandement est plutôt basé à Langley… voire Washington. 

OK, Langley signifie CIA, mais Washington ?

— Ted m’a répété plus d’une fois que je pouvais vous faire confiance, mais je tiens à vous le répéter : tout ce que nous allons nous dire aujourd’hui doit rester strictement confidentiel.

— Je pense que Jimmy en est bien conscient. S’il est à la tête de Florida Security, c’est notamment car je sais que je peux compter sur sa discrétion, intervient Ted.

Je hoche la tête pour confirmer les dires de mon ami et patron. Du temps où j’étais dans l’armée, j’ai été confronté plus d’une fois au secret, et je ne compte plus la liste des choses dont je ne pourrai jamais parler à personne, même pas à Tiffany.

Garrett me fixe pendant quelques secondes, comme s’il essayait de juger si effectivement je suis bien l’homme de la situation. Je ne cille pas, mais ne change rien à mon attitude non plus. J’ai passé l’âge de vouloir faire bonne impression à tout prix. Quand il reprend la parole, je ne comprends pas tout de suite où il souhaite en venir :

— J’ai été missionné pour former une équipe qui va travailler sur des missions sensibles. Des gars très bien entraînés, capables d’œuvrer sur toutes sortes d’opérations sensibles.

— OK.

La vérité, c’est que je ne vois pas bien pourquoi il vient nous raconter tout ça. N’est-ce pas ce que font toute la journée les gars de la CIA ? Quel est le rapport avec nous ? Je suis certain que Garrett sait quelles sont mes interrogations, car il précise :

— Ce sont des missions spéciales, le genre d’opération qui ne peut pas être approuvée par le congrès.

— Des opérations illégales ? m’étonné-je.

— Ce n’est pas exactement ça. Plutôt des interventions sur lesquelles on ne veut pas attirer l’attention, car cela compromettrait nos relations avec une nation amie, ou bien parce qu’on ne peut pas risquer une fuite.

— OK… mais qu’est-ce qu’on vient faire là-dedans, nous ? Je suis retraité de l’armée et Ted aussi. Et je suppose que vous avez sous la main un tas de gars tout à fait compétents.

— Il nous faut une couverture. Une structure qui existe déjà est parfaite pour passer inaperçue. Je connais Ted et la façon dont vous travaillez chez Riviera Security, et maintenant Florida Security, je sais que vous avez des gars dont le profil est parfait pour ce genre de jobs.

— En fait, Garrett nous propose de monter une équipe au sein de l’agence qui serait dédiée à ces missions. Pour le reste, on continue nos activités comme d’habitude. La plupart du personnel, mis à part ceux qui font partie de cette équipe, ne sera pas au courant de ces opérations spéciales.

— Donc si je résume, il y aura la partie visible avec ce qu’on fait déjà, et une équipe spéciale pour les missions que vous nous demandez ?

Garrett confirme d’un hochement de tête.

— Mais quel est notre intérêt dans tout ça ? Pourquoi on accepterait ?

Garrett se rencogne dans son siège et un petit sourire énigmatique se colle sur ses lèvres.

— Jimmy… je connais votre parcours, et celui de quelques-uns de vos amis que vous avez recrutés. Ne me dites pas que vous vous voyez vendre des prestations de garde du corps à des starlettes de téléréalité et des surveillances de villas jusqu’à la fin de votre vie ?

Non, clairement ce n’est pas la partie du job qui m’excite le plus. C’est vrai que sa proposition est tentante, et je suppose que s’il est là ce matin, c’est que Ted lui a déjà donné un accord de principe.

— Et dans le cas où nous dirions oui, qui donnera les ordres ?

— Je serai votre contact, et le seul à l’agence[1] à part moi à connaître votre existence sera le directeur. Pour ce qui est des décisions, elles émaneront directement du secrétaire de la défense et… du président.

La famille de Mai Lan étant bien implantée à Washington, je ne suis qu’à moitié étonné de découvrir que Garrett est en contact avec POTUS[2], mais tout de même, de là à penser que nous serions quasiment sous les ordres immédiats de celui-ci !

— Qu’est-ce que vous en pensez ? Vous êtes partants ?

Je jette un coup d’œil en direction de Ted dont le visage est impassible. Je prends une seconde puis réplique :

— J’en pense que je serais le roi des idiots de laisser passer cette opportunité, j’en suis.

L’atmosphère se fait plus légère dans la pièce, et je me rends compte qu’ils attendaient vraiment de savoir si j’allais accepter.

— J’ai une requête cependant.

Deux paires d’yeux étonnés se braquent sur moi.

— J’aimerais que ma femme soit au courant. Non pas du détail des missions, mais au moins qu’elle sache qu’il y a cette partie de ma vie dont je ne peux pas lui parler, mais qui existe tout de même. Même si nos activités chez Florida Security nous emmènent parfois loin de chez nous et nous mettent dans des situations compromettantes, là, on passe au niveau supérieur.

— Je comprends, et je me doutais que vous alliez demander quelque chose comme ça. Du moment qu’elle signe un NDA[3], ça ne posera pas de problèmes. Après tout, vous nous avez rendu service, quand vous avez débarrassé la planète de Gamboni.

— Merci.

— Vous êtes marié et je respecte ça, mais les femmes et les hommes qui intégreront l’équipe devront préférablement être des gens sans attaches. Je ne vous apprends rien en vous disant qu’il est plus facile de partir en mission quand on n’a pas de conjoint qui nous attend à la maison.

Je ne partage pas à 100 % son opinion, mais je ne peux pas dire qu’il a totalement tort. Ted enchaîne :

— On a déjà plusieurs personnes qui feront parfaitement l’affaire avec des compétences diverses. Bien entendu, il va falloir qu’on recrute également de nouvelles têtes, mais je pense que l’ancien compagnon d’armes de Jimmy, Mouss, sera partant pour l’aventure.

— Oui, son profil me plaît, confirme Garrett, mais je voulais vous parler d’un autre de vos gars dont le dossier m’a tapé dans l’œil : Owen O’Connor.

— Ce n’est pas un ancien militaire. C’est le fils d’un détective privé de Washington…

— Je sais, me coupe Garrett. J’étais là le jour où Nathan et Mai Lan ont promis à son père de s’occuper de lui, et de le faire décrocher de la drogue. Je connais son parcours, et c’est justement ça qui nous intéresse…


[1] L’agence : surnom de la CIA

[2] POTUS : President Of The United States, abréviation pour désigner le président des États-Unis.

[3] NDA : Non Disclosure Agreement, accord de non-divulgation.