News

Un petit tour du côté du Festival New Romance

Si vous lisez de la romance et que je vous dis : Colleen Hoover, Jay Crownover, Anna Todd ou Christina Lauren, vous en connaissez forcement une au moins de noms. À moins d’avoir vécu les trois dernières années sans acheter un livre dans ce style, il y a peu de chance que vous n’ayez pas vu leurs écrits dans les rayons de votre librairie préférée ou sur Amazon.

Ce week-end, elles étaient toutes réunies pour le festival new romance au palais des festivals de Cannes. Alors en voisine de l’événement j’ai décidé d’aller y faire un petit tour. Pas forcément pour y rencontrer les têtes d’affiche d’ailleurs. Lorsque j’ai vu que Battista Tarantini et Melanie Harlow étaient de la partie, je n’ai pas mis longtemps à me décider à prendre la direction de la Croisette.

Je n’ai pas trop l’habitude de me rendre dans les salons littéraires, déjà parce qu’il y en a peu dans ma région et par manque de temps également. A part ma maigre expérience d’auteure au Livre Paris, je suis plutôt novice en la matière.

Une fois mon badge récupéré, j’ai pris la direction du sous-sol du palais (c’est moins glam là tout de suite) à la découverte du festival New Romance. Premier constat qui ne m’a pas vraiment étonnée, le lecteur de romances est une femme. Le taux d’œstrogènes présent dans la salle a certainement battu des records. J’ai quand même croisé quelques courageux qui la plupart du temps accompagnaient leur copine/compagne/femme, prenant leur mal en patience dans les files d’attente. Une mention spéciale pour le jeune homme qui après une queue interminable à la librairie a en plus dégainé sa carte bleue pour payer la note (la chanceuse l’a remercié d’un baiser je vous rassure).

Bref, j’ai commencé ma visite par un petit tour au stand de la librairie. Etant donné que je lis principalement en kindle, j’ai peu d’exemplaires papier à la maison à faire dédicacer. Après quarante minutes de queue (oui oui !) je suis repartie avec un livre de Mélanie Harlow et un autre de Lexi Ryan. Petite déception cependant de n’avoir pu trouver de livre de Battista puisque ceux qui sont sortis jusqu’à présent l’ont été chez un autre éditeur.

Avec @melanie_harlow au #newromancefestival #authorsofinstagram #authorlife #cannes #bookstagram #bookaddict #romance #writinglife

Une publication partagée par Tamara Balliana (@tamaraballiana) le

Comme je l’ai dit précédemment, je n’étais pas venue spécialement pour les têtes d’affiches. Comme je lis beaucoup en anglais, j’ai la chance de ne pas avoir à attendre les traductions pour découvrir un auteur. Ce qui fait que certaines auteures comme Mélanie Harlow qui n’a qu’un seul titre en français et qui vient tout juste de sortir, n’avaient pas beaucoup de monde dans sa file d’attente. Ayant adoré les livres de sa série Happy Crazy Love, je me suis précipitée pour la rencontrer et nous avons pu discuter un petit moment. Super moment également avec Lexi Ryan avec qui nous avons parlé d’un de ses livres que j’ai particulièrement apprécié. J’ai fini par lui avouer que moi aussi j’étais auteure, et elle m’a posé plein de questions sur Love in Provence !

Avec @writerlexiryan au #newromancefestival #cannes #authorsofinstagram #writinglife #romance #bookstagram #bookaddict

Une publication partagée par Tamara Balliana (@tamaraballiana) le

J’ai ensuite rencontré Vi Keeland, Abby Glines, et KA Tucker ( adorable). Par un heureux hasard je me suis retrouvée juste devant la file d’attente de Battista Tarantini lorsqu’elle est arrivée, ce qui fait que j’ai eu l’honneur d’être la première à lui parler ! La pauvre venait tout juste de débarquer à Cannes et a eu tout juste le temps de sortir ses stylos pour dédicacer les cartes annonçant son prochain livre (sortie Janvier 2018, et je serai au rendez-vous!).

Bref, une après-midi assez sympathique ! J’ai beaucoup apprécié le côté « proximité » avec les auteures, la possibilité de discuter avec elles de leurs livres, leurs projets. Je suppose par contre que cela a été possible car j’y étais le vendredi, j’ai pu voir quelques photos du samedi, dimanche et les queues semblent interminables !

Une belle expérience que je renouvellerai si j’en ai l’occasion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *